Publié le 05. septembre 2023

Amy Winehouse : «In Her Words» est une belle imposture

Un nouveau coffee table book rassemble des entrées de journal, des notes et de nombreuses photos de la jeune Amy Winehouse. Le titre "In Her Words" est néanmoins trompeur.

Journalist
13977

La maison d'édition HarperCollins a publié untrès beau nouveau livre sur Amy Winehouse. "In Her Words" n'est certes pas une bonne affaire avec son prix d'achat d'environ 50 francs suisses, mais la belle impression et les nombreuses photos valent largement leur pesant d'or. Ceux qui s'attendent toutefois à entendre en premier lieu la voix d'écriture de la grande musicienne tragiquement disparue trop tôt seront un peu déçus. Car "In Her Words" doit plutôt être compris comme le fait que ses parents Janis Winehouse-Collins et Mitch Winehouse parlent en son nom - dans de longues explications personnelles et à travers les nombreux artefacts, notes et photos qu'ils ont rassemblés avec l'éditeur.

Amy Winehouse et son père Mitch

Les fans et les connaisseurs de la biographie d'Amy sont à juste titre sceptiques. Ceux qui connaissent le documentaire "Amy" d'Asif Kapadi (qui n'est pas non plus exempt de controverses) savent qu'Amy et Mitch n'ont jamais eu les meilleures relations. L'ancien chauffeur de taxi a quitté la famille quand Amy avait neuf ans. Dès l'âge de 13 ans, les médecins lui ont prescrit des antidépresseurs, ce qui ne prouve pas qu'elle ait eu une jeunesse heureuse et qu'elle ait surmonté cette séparation. Ce qui nous est également parvenu, c'est la dure conclusion d'Amy sur son père : "Il n'était jamais là quand c'était important". Mitch a toutefois été très présent dans les questions relatives à la succession et à l'héritage d'Amy. Dans "Amy", on voit en outre Mitch se rendre à Sainte-Lucie avec une équipe de tournage, et Amy est manifestement irritée et contrariée par le fait que son père s'empare de sa retraite ensoleillée. Mitch a déclaré dans une interview qu'il venait de tourner "un documentaire sur les familles qui luttent contre les problèmes de dépendance" et qu'Amy, après qu'il lui eut demandé si c'était clair, lui avait répondu : "Fais ce que tu veux, papa". En outre, il y a le fameux refrain de "Rehab" d'Amy, dans lequel elle chante : "They tried to make me go to Rehab / But I said no, no, no / Yes I've been black, but when I come back / You'll know, know, know / I ain't got the time / And if my daddy thinks I'm fine". Là encore, Mitch Winehouse a déclaré qu'il avait dit cela à un moment de sa vie où une "cure de désintoxication" était effectivement exagérée.

Après la sortie d'"Amy", Mitch Winehouse a choisi la fuite en avant et a donné de nombreuses interviews dans lesquelles il a notamment qualifié le film de "poubelle". Il a déclaré au quotidien britannique The Guardian: "Ils m'ont délibérément montré sous un jour particulièrement défavorable". De son côté, la société de production déclare à ce sujet : "Lorsque nous avons été approchés pour réaliser le film, nous sommes montés à bord avec le soutien total de la famille Winehouse et nous avons abordé le projet avec une objectivité absolue, comme nous l'avions fait pour notre film 'Senna'. Pendant le processus de production, nous avons mené une centaine d'entretiens avec des personnes qui connaissaient Amy Winehouse : Amis, famille, anciens partenaires et membres de l'industrie musicale qui ont travaillé avec elle. L'histoire que raconte le film est le reflet de ce que nous avons appris lors de ces interviews". Un autre tollé a été soulevé par l'ancien entourage direct d'Amy lorsqu'il a été récemment révélé que Mitch avait autorisé Winehouse à faire tourner des scènes d'overdose dans son ancien appartement pour le biopic avec Marisa Abela.

Les parents d'Amy Winehouse gèrent malgré tout leur héritage - et il faut le leur reconnaître : Avec la "Amy Winehouse Foundation", ils font depuis lors du bon travail : une grande partie des revenus que sa musique continue de générer, ainsi qu'une partie des revenus des ventes de livres de Mitch "Amy - My Daughter" et de ce livre, sont reversés à des jeunes dans le besoin.

Le livre "In Her Words

Assez parlé de l'histoire (nécessaire) : venons-en à l'emballage trompeur "In Her Words", qui est agréable à regarder. En effet, ce livre est un enrichissement pour les fans et un beau contrepoint aux images tragiques de ses dernières années qui dominent encore parfois l'image publique. Dans ce Coffe Table Book, nous voyons en premier lieu la jeune Amy Winehouse. Nous voyons par exemple une "carte mentale" d'elle, dans laquelle elle "trie" ses amis à l'école. Il y a également une note de l'époque intitulée "rating lads", dont les noms sont toutefois noircis. Dans une liste, elle rassemble "Good words to describe me : loud, bold, melodramatic". Cela convient très bien. D'une manière générale, les petites listes de ce type semblent l'avoir souvent aidée à prendre des décisions ou à s'autoévaluer. A peu près à l'époque de la sortie de son premier album "Frank", elle écrivait : "Amy Trademarks : 1. walking bass 2. sweet jazz chords 3. hip-hop beats 4. ride cymbal". Une note se lit de manière presque prophétique en ce qui concerne son mari problématique Blake Fielder-Civil : "I quickly get into the wrong crowd".

L'inconvénient du livre est que, sa vie devenant plus tragique et sa musique encore plus géniale, les notes et les trouvailles se sont faites plus rares. Ce qui était tout à fait dans l'esprit de ses parents, comme Mitch Winehouse l'a expliqué au portail ET Online. On voulait justement montrer avant tout cette Amy, car : "Amy est bien plus que la chanteuse, la personne qui a lutté contre la dépendance, bien plus que cela. Elle était aimante, gentille, un merveilleux membre de la famille et une merveilleuse amie. C'est ce que nous voulons que les gens sachent à propos d'Amy". En outre, Mitch souligne encore une fois : "Peu de gens savent qu'elle n'a pas pris de drogue pendant trois ans avant sa mort, c'est donc important". Il est donc tout à fait clair que l'on voit ici une vie un peu filtrée - cependant, une chose est toujours claire. Le meilleur moyen de rendre justice à cette grande musicienne est d'écouter encore et encore sa fantastique musique. Par exemple cette chanson :

Articles recommandés

amy-winehouse-04-2007

Tout a été écrit (ou presque) sur Amy Winehouse

Le 23 juillet est l'anniversaire de la mort de la chanteuse britannique Amy Winehouse. Mais malheureusement on en parle souvent avec une pondération un peu injuste. C'est ce que nous voulons éviter ici.
aywing

Ay Wing: The Songs That Made Me

La musique naît rarement dans une bulle. Le chemin vers la première composition est pavé d'inspirations d'autres artistes. Nous demandons à de jeunes musiciens quels sont les groupes qui les ont influencés et quelles sont les chansons qui ont façonné leur style, en bref : quelle musique les a amenés là où ils sont aujourd'hui. Cette fois, c'est le groupe Ay Wing, qui se démarque par son genre.
Amy-Winehouse-1-1

Du punk à la pop : 17 docus musicaux qui cartonnent

Une mystérieuse usure de la batterie, une valise remplie de billets ou un artiste qui préfère faire du café plutôt que de la musique: ces documentaires, films de concert et portraits d'artistes se distinguent des autres et sont des «must see»!

Événements recommandées

Tu aimes cet article?