Publié le 15. décembre 2023

Nos dix meilleures chansons de 2023

Après les albums de l'année, voici les favoris de la rédaction en matière de chansons. Là aussi, tout y est: de la K-pop détonante, un remix electro d'une légende, du riot-grrl-punk, des reines de la pop et des héroïnes de l'indie.

1735

Billie Eilish - "What Was I Made For"

Une remarque préalable : nous avons renoncé dans cette liste aux chansons qui figurent sur nos albums de l'année(cliquez ici pour accéder à la liste), afin de laisser un peu plus de place à d'autres artistes fantastiques. Commençons par Billie Eilish et Barbie - car l'année pop 2023 a bien entendu été placée sous l'ombre de la poupée en plastique, qui peut même tout à coup fournir une inspiration féministe grâce à Billie et à la réalisatrice Greta Gerwig. Cette merveilleuse ballade est certes assez mielleuse, mais elle a parlé à l'âme de millions de jeunes et de moins jeunes. "Takin' a drive, I was an ideal / Looked so alive, turns out I'm not real / Just something you paid for / What was I made for ?" Placer ces lignes sombres dans un film rose grinçant - y a-t-il quelque chose de plus subversif ?

Jung Kook - "Standing Next To You"

La K-pop d'abord : 2023 est aussi l'année où les membres de BTS ont dû prendre leur envol pour entamer leur carrière solo. Ou alors prendre leur service dans l'armée coréenne - ce qui est la raison pour laquelle le groupe est actuellement en pause. Jung Kook, le plus beau des garçons de BTS selon de nombreux fans, a eu le plus grand succès commercial. Rien d'étonnant à cela : il a surtout misé sur des bangers pop anglophones produits à l'échelle internationale, qui ont mis en avant son charme et ses talents de danceur. "Standing Next To You" en fait partie.

CARR - "Spiral City"

Le pop-punk et l'indie bruyant et mélodique sont de retour : c'est aussi grâce à des musiciennes comme CARR, qui a dit un jour qu'elle avait été élevée musicalement par Avril Lavigne et The All-American Rejects. Cela correspond effectivement très bien à son son. CARR est également sous contrat avec le label DCD2 Records, qui appartient au chanteur de Fall Out Boy Pete Wentz et à Spencer Smith de Panic ! At The Disco. C'est tout à fait approprié. "Spiral City" est la chanson qui nous a le plus convaincus : hargneuse, mélodique, rocailleuse, douce, punk et tout simplement catchy comme l'enfer.

Kevin Morby - "Kingdom Of Broken Hearts"

L'auteur-compositeur américain Kevin Morby publie depuis des années des albums et des chansons percutantes qui s'inscrivent parfaitement dans la tradition des grands auteurs-compositeurs-interprètes américains. En mai, il a publié "More Photographs (A Continuum)", une sorte de supplément à son album de 2022 "This Is A Photograph". Ce dernier nous a déchaussé dès la première écoute : Il commence de manière très classique, avec le jeu de guitare très prudent de Morby et beaucoup de mélancolie, puis devient soudainement nonchalant et groovy, fait appel à un chœur et à des cordes luxuriantes et se transforme à la fin encore une fois en une ballade au piano.

New Jeans - "Super Shy"

La K-pop pour la deuxième fois : Depuis deux ans, cinq très jeunes femmes, âgées de 14 à 20 ans, secouent le monde de la K-pop. En fait, il faut dire que : New Jeans a depuis longtemps dépassé la bulle K-Pop, certes très grande, mais qui reste souvent entre soi, et enthousiasme les fans de pop comme les amateurs d'indie. Cela pourrait être dû au fait qu'ils misent visuellement et musicalement sur des partenaires créatifs issus de ces genres. Leurs tubes les plus charmants de cette année ont par exemple été écrits en grande partie par l'auteur-compositeur-interprète Erika de Casier, qui était habituellement plutôt un secret de très bon goût. C'est le cas de "Super Shy" : une chanson de charme au trip nerveux, qui sonne comme de la drum'n'bass sur de la barbe à papa, et que l'on ne peut pas se sortir de la tête de sitôt.

Puple Disco Machine & Kungs - "Substitution"

Nous restons dans la partie dansante de cette liste : On sait désormais que le producteur allemand Tino Piontek, alias Purple Disco Machine, sait faire danser les gens. Pour "Substitution", il s'est allié à son collègue français Kungs et a sorti un tube qui puise à la fois dans les veines de l'histoire de l'électro et du disco et qui possède sa propre twist moderne.

The National - "T-shirt New Order"

Matt Berninger et son groupe plein de jumeaux (dont l'un produit entre-temps de temps en temps Taylor Swift) ont eu une année extrêmement productive : quatre ans après "I Am Easy To Find", divers projets solo et le travail d'Aaron Dessner sur "Folklore" et "Evermore" de Taylor Swift, The National a sorti deux albums forts avec "First Two Pages of Frankenstein" et "Laugh Track" et a joué quelques-uns des meilleurs concerts de sa carrière. Avec "New Order T-Shirt", ils ont réussi l'une des plus belles chansons d'amour de l'année. Matt Berninger se souvient de l'amour de sa vie et évoque les images et les souvenirs qui se sont gravés dans son cœur. Celle-ci par exemple : "I keep what I can of you / Split-second glimpses and snapshots and sounds / You in my New Order t-shirt / Holdin' a cat and a glass of beer / I flicker through / I carry them with me like drugs in a pocket / You in a Kentucky aquarium / Talkin' to a shark in a corner".

Dua Lipa - "Houdini"

Nous allons encore une fois danser : cette année encore, Dua Lipa a été plus efficace que jamais. En fait, elle n'a sorti que deux chansons - et pourtant, tout le monde a parlé d'elle. Avec "Dance The Night", elle a ouvert la hype autour de "Barbie" et de sa grandiose bande-son, et avec "Houdini", elle a attisé l'attente de son nouvel album, qui sortira l'année prochaine. "Houdini" est une fantastique chanson dance-pop sur sa manie de "ghoster" ses admirateurs en un clin d'œil s'ils ne se mettent pas en quatre pour elle. Kevin Parker, le maître d'œuvre de Tame-Impala, a notamment participé à la production, qui est à la fois entraînante et éblouissante.

Mannequin Pussy - "I Got Heaven"

Juste avant la fin, devenons un peu plus durs : le groupe américain Mannequin Pussy fait actuellement l'objet d'une attention particulière, non sans raison - presque un peu tard, si l'on considère que leur premier album est déjà sorti en 2014 et qu'ils font de la musique depuis 2010. En live, ils sont un phénomène, ils ne réfrènent qu'à moitié leur énergie sauvage dans des chansons comme "I Got Heaven", qui oscillent entre punk, grunge et indie-pop. Mais même les parties les plus hurlantes valent la peine d'être écoutées attentivement, car Marisa Dabice lâche parfois des lignes comme celle-ci : "And what if Jesus himself ate my fucking snatch ? / And what if I'm an angel ? / Oh, what if I'm a bore ? / And what if I was confident / Would you just hate me more" ?

Vladimir Cauchemar - "The Cold Song"

Alors OK, c'est en remix en fait, mais quand le DJ-arrangeur bidouille du Klaus Nomi, c'est forcément pour le meilleur. Et s'il fallait encore un développement, on pense à la voix extraordinaire et à l'esthétique avant-gardiste de Nomi, qui avait marqué les années 80 de son empreinte indélébile. Son interprétation de "The Cold Song," une aria extraite de l'opéra baroque "King Arthur" de Henry Purcell, était déjà une performance époustouflante et le remix offert par le DJ et producteur français qui a su réinventer un classique tout en lui rendant hommage témoigne de son talent artistique et de sa vision singulière.

Tu aimes cet article?