Publié le mai 2, 2022

BTS ? PSY ? Blackpink ? Qu'est-ce et comment fonctionne la K-pop ?

PSY, Monsieur "Gangnam Style" est de retour et dans 2 semaines, l'un des plus grands festivals de K-pop d'Europe aura lieu à Francfort. Nous vous expliquons l'engouement autour de la pop made in Korea et vous proposons une playlist "pour débutants".

Journalist
781
Blackpink

La K-pop est actuellement l'une des musiques les plus exportées au monde, et pourtant, il y a encore beaucoup de gens qui, soit ne connaissent pas la musique pop coréenne, soit cultivent des préjugés, soit la considèrent comme un phénomène adolescents. Il suffit pourtant de jeter un œil aux vidéos musicales les plus populaires du genre sur YouTube pour se rendre compte de l'ampleur du phénomène. "Gangnam Style" de PSY compte 4,4 milliards de vues, "DDU-DU DDU-DU" de Blackpink 1,9 milliard de vues et "Boy With Luv" de BTS feat. Halsey est à 1,5 milliard de vues - rien que sur YouTube. Une bonne monnaie d'échange pour la K-pop, car les singles sont toujours publiés avec des vidéos musicales très élaborées, qui font une grande partie de leur attrait. Commençons donc par une vidéo particulièrement appréciée :

Un des clips favoris des fans parmi les nombreuses vidéos de BTS : "Idol"

Des chiffres impressionnants, un public coloré

Les plus grands groupes de K-pop ne sont pas seulement puissants sur YouTube. Lors de la sortie d'un single, leurs fans, très actifs sur Internet, se mettent même d'accord pour jouer en boucle les nouvelles chansons sur les plateformes musicales afin de montrer leur soutien. Et puis il y a encore diverses plates-formes vidéo des grandes sociétés de production coréennes, sur lesquelles est en partie diffusé le contenu exclusif de l'Act. "Gangnam Style" de PSY, qui a familiarisé pour la première fois une grande partie de l'Europe avec la K-pop il y a une dizaine d'années, recueille encore plus d'un million de vues par jour sur YouTube, mais BTS - sans doute le boys band le plus populaire de la planète à l'heure actuelle - en gagne environ dix fois plus chaque jour en période d'activité avec ses chaînes vidéo. Avec des vidéos de musique et de danse, des vlogues et des streams en direct (au moins un nouveau clip par semaine !), ils fidélisent leurs fans, qui se nomment "Army". Même chez les fans, il y a une surprise : ceux qui, comme l'auteur de ces lignes, ont assisté par exemple au concert du stade BTS à Paris il y a quelques années, n'ont pas vu d'adolescents hurlant (du moins pas seulement), mais un public très coloré, divers et queer, qui ressemblait plus à une bande d'emo qu'à un boys band.

"Gangnam Style" de PSY, qui a fait découvrir la K-pop à une grande partie de l'Europe il y a une dizaine d'années.

PSY : De "Gangnam Style" à "That That

L'une des raisons de ce texte est le tout nouveau single de PSY, qui réunit deux des artistes de K-pop les plus populaires. La chanson a en effet été produite par Suga - un membre de BTS. Ici aussi, on peut tout de suite jeter aux orties un préjugé courant : Les soi-disant "idoles" ne sont pas (toujours) que des interprètes parfaitement formés. Suga est l'un des producteurs les plus célèbres et les plus renommés de Corée du Sud, il publie sous le nom d'Agust D un rap sombre, dur et atmosphérique et a coécrit de nombreux tubes de K-pop. PSY, en revanche, n'a plus besoin de nouvelle musique depuis longtemps : il gagne bien sa vie grâce à ses plus grands succès et a même fondé son propre label, "P Nation", sur lequel il donne une chance aux artistes qui ont eu des problèmes dans le milieu conservateur de la K-pop : Par exemple, la chanteuse HyunA (qui danse d'ailleurs à ses côtés dans la vidéo de "Gangnam Style") et le chanteur et rappeur Dawn - qui ont "fait leur coming out" en tant que couple il y a quelques années et ont été licenciés pour cela par leur société de production de l'époque. La nouvelle chanson de PSY sort également sur son label - et accueille Suga non seulement en featuring et en tant que producteur, mais aussi en tant qu'invité dans son clip.

La nouvelle vidéo de PSY "That That", produite par Suga, membre de BTS

Le système K-Pop

Du point de vue commercial, la K-pop fonctionne à bien des égards différemment de ce que l'on connaît et apprécie dans la musique pop occidentale. Alors que nous sommes habitués à ce que les labels publient des artistes et les signent à un certain stade de leur carrière, la plupart des groupes de pop sud-coréens sont réunis au sein d'une société de production et les chansons sont développées en commun, souvent avec des équipes internationales de producteurs et de compositeurs. L'activité principale est aujourd'hui répartie entre quatre grandes entreprises de ce type. HYBE Labels (anciennement connu sous le nom de Big Hit), qui a produit BTS, ainsi que YG (Blackpink, Big Bang et autres), JYP (Twice, Stray Kids) et SM Entertainment (NCT, SHINee et autres), autrefois appelés "Big Three". Les "Big Three" ont mis en place dès le milieu des années 90 le système "Idol", grâce auquel le divertissement pop s'est perfectionné dans toutes ses disciplines et qui fait paraître même un Justin Timberlake, très apprécié en Corée, comme étant relativement grossier. Le système sous-jacent peut être décrit comme un croisement entre l'approche de Motown Records, qui consiste à caster un groupe et ses personnages et à les modeler selon ses propres idées, et la méthode de travail du football professionnel lorsqu'il s'agit de recruter et d'entraîner de jeunes talents.

Notre playlist exclusive de 25 chansons triées sur le volet, qui constituent une bonne introduction à la K-pop.

Une formation difficile, une conduite conservatrice

C'est justement les formations intensives de ces idoles qui offre une grande surface d'attaque aux critiques. Et ce n'est pas injustifié. Mais on oublie souvent de les mettre en relation avec la culture du travail en Corée du Sud, qui mise également sur la performance, la réputation et la pression. Jennie de Blackpink, par exemple, a été engagée à 14 ans et a déclaré un jour dans un livestream que sa formation avait été un "processus vraiment méchant" dans un "monde froid" où l'on est évalué et critiqué chaque semaine. Les idols doivent en outre donner une image impeccable à l'extérieur : le sexe et les drogues sont tout aussi tabous qu'une vie amoureuse publique, l'apparence doit toujours être impeccable. Les sociétés de production gèrent très précisément la production de leurs artistes, les chaînes de télévision et les stations de radio profitent de leur étroite collaboration, il n'y a pratiquement pas de reportages critiques sur la K-pop - et encore moins d'interviews ouvertes comme nous les connaissons en Europe. Divers scandales et destins tragiques ont également fait que la K-pop est observée d'un œil critique. Ils ne sont pas très fréquents, mais ont bien sûr un impact négatif : par exemple, en 2020, la mort de l'idole Yohan, du groupe TST, peu connu dans notre pays. Il avait 28 ans - la cause de sa mort reste à ce jour inconnue, on suppose toutefois, qu'il s'agit d'un suicide.

Blackpink est actuellement le groupe de filles le plus populaire de la K-pop et "Kill This Love" est l'un de ses plus grands succès.

Le big bang de la K-pop se trouve dans le rap

Bien que de nombreuses personnes associent aujourd'hui la K-pop à de grandes sociétés de production, au marketing agressif, à la musique pop, au commerce, aux castings et à la formation de plusieurs années pour devenir une idole, le big bang de la K-pop a été alimenté par le rap et est plutôt issu de la sous-culture sud-coréenne.

Lorsque Jeong Hyeon-cheol, alias Seo Taiji, a fondé le groupe Seo Taiji And Boys avec Yang Hyun-suk et Lee Juno au début des années 90, les trois musiciens ont choqué l'industrie musicale sud-coréenne en associant pour la première fois le rap et la pop. A l'époque, la Corée du Sud misait encore sur des ballades folk aux accents patriotiques, des hymnes à la démocratie encore très jeune et des chansons de cœur inspirées de Barbra Streisand ou de Lionel Richie. Les grandes chaînes de télévision et de radio organisaient des revues musicales et des formats très semblables aux castings actuels.

C'est là que Seo Taiji And Boys, sur la chaîne MBC, a fait ses débuts à la télévision le 11 avril 1992, ce qui est encore considéré aujourd'hui comme la naissance de la K-pop. Seo Taiji - chanteur, producteur et auteur-compositeur - avait auparavant joué dans le groupe de rock Sinawe, toujours actif aujourd'hui, mais avait ajouté à son nouveau projet la danse, le style b-boy et les rythmes hip-hop. Leur première chanson s'appelait "Nan Arayo", que l'on peut traduire par "I Know", et sonnait comme un croisement entre Snap ! et les Beastie Boys en coréen.

C'est par cette apparition à la télévision coréenne que tout a commencé ...

L'envolée actuelle et le premier grand festival de K-Pop en Europe

Depuis quelques années, la K-pop est en passe de devenir un courant musical dominant dans le monde entier. Les chiffres ont toujours été impressionnants, les concerts énormes et rapidement complets, mais il a fallu l'immense succès d'artistes comme BTS et Blackpink en Amérique pour que la K-pop soit perçue comme un phénomène musical sérieux. Depuis que BTS a sorti des singles entièrement en anglais comme "Dynamite", "Butter" ou "Permission To Dance", écrit avec Ed Sheeran, et qu'ils sont invités dans les grands talk-shows ou se produisent aux Grammys, on les entend aussi à la radio en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Leur passage chez Coldplay pour la chanson "My Universe" a également donné un coup de pouce supplémentaire - et a été un atout pour les deux groupes. Blackpink, quant à lui, a su convaincre grâce à un documentaire Netflix, une tournée mondiale et, plus récemment, grâce aux chansons solo de la rappeuse Lisa, qui a également convaincu de nombreux fans de hip-hop. Leur vidéo de performance sur "Money" montre encore une fois clairement à quel point les compétences de danse des artistes coréens sont solides et impressionnantes.

Lisa de Blackpink a fait un carton avec "Money", qui a infecté YouTube, Spotify et TikTok.

Nous pourrions encore écrire des mètres et des mètres sur la K-pop - et nous le ferons volontiers si cela vous intéresse. Mais ce qui devrait convaincre, étonner, enthousiasmer ou choquer dans tout cela, c'est surtout la musique que nous avons rassemblée dans la playlist ci-dessus. Nous vous recommandons : Chercher les chansons qui vous plaisent le plus en vidéo. Un autre temps fort pour les fans de K-Pop est prévu pour la mi-mai : le festival "KPOP.FLEX" se déroulera sur deux jours à Francfort. Il s'agit de l'un des plus grands festivals du genre en Europe jusqu'à présent - et d'un défilé de quelques-uns des plus grands groupes. Certes, il n'y aura ni Blackpink ni BTS, mais (G)I-dle, Ive et Mamamoo, trois des groupes de filles les plus passionnants du moment, et NCT Dream et ENHYPEN, deux des groupes de garçons les plus entraînants. Nous serons également présents et partagerons nos observations avec vous.

Tu aimes cet article?

6 utilisateurs de starzone aiment cet article