Publié le 30. mars 2023

Comment la musique préserve l'identité de l'Ukraine

La scène culturelle fait partie de l'identité d'un pays. En temps de guerre, il est particulièrement important de la maintenir. C'est pourquoi un jeune Ukrainien a créé, peu après l'invasion russe, une station de radio qui offre aux gens plus que de la bonne musique - à savoir de l'espoir et de la force.

Journalist
730

Plus d'un an après l'occupation russe, la situation semble s'améliorer à Kiev. Les gens se rencontrent dans les rues, parlent et rient presque comme avant, mais l'invasion a laissé des traces. Les sirènes quotidiennes et les rues bombardées rappellent le front qui n'est pas loin et où de jeunes Ukrainiens sont encore tués chaque jour. Une lueur à l'horizon, c'est la musique. Malgré cette triste période, la scène culturelle de la ville de Kiev s'épanouit et offre aux gens de la joie, de l'espoir et surtout de la force dans la lutte contre l'opposition. Oleksii Makarenko, un jeune Ukrainien, s'en sert comme d'une arme et résiste à la Russie avec sa station de radio dans l'obscurité.

La radio de la résistance

Caché quelque part dans un immeuble de Kiev, Oleksii Makarenko a fondé Gasoline Radio, deux jours seulement après l'invasion russe. La station de radio se sert d'une large palette de genres allant de la musique folklorique traditionnelle à l'électro. Grâce à ses podcasts, ses prestations en direct et son son exceptionnel, elle a mis sur pied un millier d'émissions en moins d'un an. Son objectif principal est de diffuser la culture ukrainienne et de réunir des artistes, des DJ et des activistes à Kiev. "Nous voulons créer une nouvelle image de la culture ukrainienne, mais elle doit être basée sur notre histoire et notre héritage", explique Makarenko à "The Guardian".

"La musique est une véritable arme"

Dans certaines régions russes - par exemple Kharkiv ou Louhansk - les gens ne se rendent pas compte qu'ils vivent en fait en Ukraine. Gasoline Radio essaie de trouver des chansons de ces régions afin de montrer qu'elles ne font pas partie de la Russie d'un point de vue historique. L'équipe parcourt de longues distances dans différentes régions pour parler avec les habitants et en apprendre davantage sur la musique traditionnelle. Makarenko explique : "S'ils apprennent à connaître la musique et le folklore, ils verront la différence entre nous et la Russie. De ce point de vue, la musique est une véritable arme".

Un peu d'aide est nécessaire

Malgré d'innombrables spectacles en direct, des podcasts et de la bonne musique, il est particulièrement difficile de maintenir un projet culturel en activité dans un pays en guerre. "Gasoline Radio, qui a été fondée en pleine guerre et a dû traverser de nombreuses épreuves, continue d'être une voix inébranlable de l'underground ukrainien et la seule station de radio indépendante à émettre régulièrement". C'est avec ce message que l'équipe lance un appel aux dons dans un post Instagram, afin que la radio puisse continuer à enrichir la scène culturelle.

Alors que les sirènes hurlent à travers la ville, les gens continuent de se rappeler leur destin. Une bonne musique à la radio ou lors d'un concert permet aux gens de s'évader un court instant de la cruelle réalité. Et cela vaut bien plus que ce que nous pouvons imaginer. La culture est un élément important d'un pays et de son identité. Tant que la Russie tentera de la saper, Makarenko et son équipe continueront de mener, depuis leurs studios, un combat important pour l'art et contre l'opposition.

Tu aimes cet article?