Publié le mai 17, 2022

Le premier festival européen de K-pop : extase dans une tempête de critiques

Il a été annoncé comme le premier "Europe' -Pop Mega Festival" et doit établir la K-Pop sur le marché européen des événements. Mais malgré le bon line-up, les fans ont ressenti de la frustration, en plus de l'euphorie audible. Nous étions sur place.

Journalist
326
Die Bühne des KPOP.flex in Frankfurt

La promotion a parfaitement fonctionné, les articles de presse qui ont suivi sont tous positifs : rien de tel n'avait encore été fait en Europe. Le KPOP.flex dans le Deutsche Bank Park à Francfort est le premier du genre. Le monde coloré de la K-Pop y est parfaitement mis en scène. Et : le KPOP.flex reviendra l'année prochaine. Peter Kötting, de l'organisateur local PK Events, avait déjà annoncé avant l'événement dans le magazine "Musikwoche" qu'il faisait partie d'un plan quinquennal adapté au continent. En effet, il est grand temps que la K-pop devienne plus présente en Europe. Et pour les fans du genre, le KPOP.flex était vraiment impressionnant. Néanmoins, si l'un des mots les plus souvent écrits dans les commentaires sur le profil Instagram de l'événement est "scam" - ce que l'on peut traduire par "escroquerie" ou "arnaque" - on fait clairement fausse route. Maintenant, les fans de K-pop sur Internet ont peut-être parfois le sang un peu chaud et beaucoup de ces messages ont été postés dans le feu de l'action, mais il y avait malheureusement vraiment de bonnes raisons de se sentir floué.

Mais reprenons les choses dans l'ordre : Le KPOP.flex a eu lieu le week-end dernier à Francfort-sur-le-Main et a attiré 70.000 fans sur deux jours dans le stade où joue habituellement l'Eintracht. Le samedi, l'événement s'est déroulé pratiquement à guichets fermés, le dimanche, il y avait encore de la marge. Un soi-disant "festival coréen" a été célébré devant le stade. Au fond, c'est une bonne idée, car le nombre croissant de fans de K-pop s'intéresse beaucoup à la culture coréenne. En outre, la Corée du Sud a elle aussi reconnu depuis des années que la musique pop coréenne est sans doute l'arme de soft power la plus puissante qu'un Etat puisse souhaiter. En outre, la K-pop est très intéressante d'un point de vue commercial(vous trouverez ici notre longue lecture sur le phénomène K-pop) - et lucrative. Les groupes et les idoles individuelles accumulent des millions de streams et de followers, et l'industrie sud-coréenne a mis en place ces dernières années un système de produits, d'événements et de services sociaux qui fait tourner les caisses. Mais ce qui est clair pour les fans, c'est que le "produit" leur convient. La K-pop est de toute façon un divertissement de la ligue des champions - et contrairement à d'autres genres, elle est considérée par tous les participants comme un service rendu aux fans.

Le "Korea Festival" a toutefois posé un premier problème : lorsqu'on organise un événement de K-pop, on devrait savoir que de nombreux fans arrivent très, très, très tôt. Ainsi, lorsque le Korea Festival a ouvert ses portes à 10 heures, ce qui ressemblait malheureusement à un salon du tourisme coréen, il y avait déjà des dizaines de milliers de personnes qui devaient patienter sous un soleil de plomb - mais pour cette foule immense, il n'y avait qu'une poignée de stands de boissons. L'eau y coûtait 7,50 euros avec la consigne. Résultat : des files d'attente interminables, un manque de place effrayant par endroits et quelques jeunes femmes qui se sont évanouies à cause de la chaleur. Certes, à un moment donné, il y avait de l'eau gratuite à boire, mais l'endroit où on pouvait la trouver n'était pas très bien communiqué sur place.

Le fait que le KPOP.flex ait débuté par un shitstorm sur Internet avait pourtant d'autres raisons - qui résultaient peut-être de différences culturelles (si l'on porte un regard bienveillant sur la chose), ou qui relevaient du canular stratégique. Le "festival", que les organisateurs ont toujours appelé ainsi, a en effet accueilli quelques-uns des plus grands et des plus passionnants groupes du genre - en particulier l'ancien membre d'EXO Kai, le boygroup NCT Dream et le girl group (G)I-DLE. Certains, comme le girls band Mamamoo, les nouvelles venues Ive ou Enhypen, jouaient pour la toute première fois en Allemagne ou même en Europe. Cependant, le site officiel avait annoncé un total de cinq heures de performances - en omettant un détail important : seules les deux dernières heures et demie de la soirée étaient réservées aux sept groupes.

Lorsque l'organisateur a finalement posté le timetable samedi midi, les commentaires furieux ont fusé. En effet, vu le prix assez élevé des billets, qui commençaient généralement à trois chiffres (pour une journée), les fans pensaient que les groupes auraient plus de temps de jeu que les 25 minutes prévues par le planning. En effet, au vu du déroulement et des temps de jeu très serrés, on a tout de suite compris que le KPOP.flex n'était pas un festival, mais un spectacle tel qu'on le voit à la télévision coréenne. Ce qui n'est pas une question de vocabulaire - mais une différence sensible. En effet, la chaîne de télévision coréenne SBS était coorganisatrice et organise régulièrement le format "Inkigayo", également une sorte de revue de K-pop de longue durée avec un public. Ce qui rend un peu bancale l'affirmation selon laquelle cela n'a jamais été fait en Europe : En effet, la chaîne coréenne KBS avait déjà présenté son concept similaire "Music Bank" à Berlin en 2018. Pour ne rien arranger, le "pre-show" d'une heure et demie était parfois une pure manifestation publicitaire pour le tourisme. Alors qu'une tempête de critiques couvait sur la toile (et n'a pas été commentée par les organisateurs), une Coréenne d'âge moyen a "ouvert" la scène avec un discours lu sur son smartphone, censé faire découvrir aux fans la magnifique ville de Busan. La ville accueillera d'ailleurs une Expo en 2030 - dont le budget a probablement contribué à financer tous les stands du festival coréen. A un moment, la phrase suivante a été prononcée : "After my speach we will show you a promotional video. Yeah, get excited !" L'excitation n'a étonnamment pas été au rendez-vous. Même le défilé de mode coréen et les bons groupes de danse n'ont pas réussi à sauver le dilemme selon lequel on a payé une somme importante pour ce spectacle - probablement payé par des sponsors et des fonds touristiques.

C'est le spectacle lui-même qui a dû s'en charger : Ou plutôt toutes les idoles et tous les groupes qui avaient fait le voyage depuis la Corée du Sud jusqu'en Europe. Ce qui, en période de guerre d'agression de la Russie, signifie 14,5 heures de vol. Pour ressentir l'enthousiasme de la K-pop, il suffisait en fait d'assister aux premières minutes du spectacle réel du KPOP.flex. Quelques minutes avant que les premières idoles ne montent sur scène, des cris de joie retentissaient dans les rangs, couvrant facilement la musique. Lorsque Kai, ex-membre d'EXO, le plus grand boys band sud-coréen avant BTS, est monté sur scène en tant qu'hôte et a fait monter un par un tous les autres interprètes, il n'y avait plus rien à faire. On ne peut qu'être impressionné : Pendant la durée du spectacle au moins, toute frustration des fans était révolue.

Et c'est parti : IVE, dont le premier single "Eleven " compte à lui seul près de 120 millions de streams sur Spotify et Youtube, est arrivé sur scène en uniforme d'écolier, de manière un peu clichée, et a joué trois chansons. Ensuite, il y a eu de courtes annonces traduites et pré-scriptées ainsi que des parties de présentation et on est déjà passé à l'acte suivant : Enhypen, qui sont encore considérés comme des newbies, ont convaincu avec leur K-pop un peu plus agressive, qui laisse apparaître des influences emo audibles. Avant leur performance d'environ 16 minutes, les quatre jeunes hommes AB6IX ont montré sur les écrans un v-log de leur voyage de 16 heures - un rapport numérique presque bizarre. Mais ensuite, il n'y a eu que des moments forts : Mamamoo a été applaudie à tout rompre, la membre Hwasa étant de loin la plus applaudie. C'est une performeuse qui sort un peu de l'idéal de beauté établi et de l'attitude des performeuses de K-pop, et c'est justement pour cela qu'elle est acclamée en Europe.

(G)I-DLE sont elles aussi des femmes fortes sur scène et ont même sorti les guitares électriques en studio pour leur dernier tube "Tomboy". Lors de leur performance, on voit et on entend à quel point un single de K-pop peut être imposant et entraînant. Les jeunes hommes de NCT Dream ont ensuite la partie facile : Leurs chansons "Hot Sauce" et "Glitch Mode" sont des singles K-pop surdimensionnés, sur lesquels il est difficile de rester immobile. Kai, la doyenne des stars de la K-pop, a peu de mal à remplir la scène en tant que seule voix. Sa performance et ses nombreux partenaires de danse font que, comme tout au long du spectacle, on ne sait plus où donner de la tête.

La plupart des fans sont donc finalement rentrés chez eux réconciliés : ils se sont consolés dans les cliques avec lesquelles ils s'étaient donnés rendez-vous en amont, ont échangé leurs points forts personnels, ont envoyé - s'il y avait suffisamment de réseau - les premiers tweets et vidéos qui n'étaient pas pleins de frustration, mais d'euphorie. Car c'est ce qu'il faut dire à la fin : le line-up était vraiment spectaculaire et convaincant et on peut partir du principe que la frustration sera en grande partie oubliée d'ici l'année prochaine. Les fans se sont également pleinement appropriés cet événement. Ceux qui vont souvent à de grands concerts trouveront rarement un public aussi passionné, coloré, divers, stylé et non toxique. Pourtant, les fans de K-pop sont peut-être habitués au commerce, mais ils n'aiment pas se faire avoir. Dimanche soir encore, les créateurs ont posté qu'ils prenaient à cœur les nombreux commentaires. Ils en tireraient les conclusions nécessaires pour l'avenir. C'est une promesse avec laquelle on peut travailler en tant que fan - si elle est vraiment mise en œuvre. Une chose devrait toutefois être claire après le KPOP.flex : la K-Pop est venue pour rester. Et même si beaucoup de gens ne connaissent pas cette musique et ces artistes, ce genre n'est pas une niche, mais une puissance commerciale - qui est très amusante quand on s'y met.

Tu aimes cet article?

2 utilisateurs de starzone aiment cet article