Publié le 06. mars 2023

Hitzone: «Human Behaviour» de Björk

Été 1993, le grand public découvre un ovni venu d’Islande, qui avec son album «Début» va marquer les esprits. Elle, c’est Björk, et avec son premier single qu’elle traînait dans un tiroir, elle pose la première pierre de sa singulière écriture. Retour sur sa chanson avant sa venue à Zurich en fin d'année.

Journalist

Björk Guðmundsdóttir naît à Reykjavik et grandit dans une communauté hippie. Proche de la nature et des mouvements alternatifs, à l'adolescence, elle collabore avec le groupe Kukl («sorcellerie» en islandais) avant de devenir chanteuse des Sugarcubes. Elle quitte le groupe en 1993 à l’aube de la sortie de «Début» considéré comme son premier album solo, bien qu’elle ait sorti «Björk», un album de chansons islandaises traditionnelles et de reprises à l’âge de 12 ans.

Le premier single «Human Behaviour» est un texte qu’elle a écrit en 1988 après avoir été inspirée par la lecture d'un livre sur la psychologie humaine et en repensant à son enfance dans la nature, mais encore avec son ancien groupe, elle préfère le garder pour elle puisqu’ils n’arrivent pas à trouver la musique qui lui correspond.

C’est plus tard, pendant la création de «Debut» que le producteur Nellee Hooper, lui trouve ce qu’il lui faut dans un sample de «Go Down Dying», un titre de 1970 composé par Antônio Carlos Jobim et dont les arrangements sont de Quincy Jones.

If you ever get close to a human
And human behaviour
Be ready, be ready to get confused
And me and my hereafter

Pour illustrer son texte dans lequel elle critique les comportements humains - souvent irrationnels et imprévisibles, les comparant à l'instinct animal, Björk fait appel au réalisateur français Michel Gondry.

En 1993, elle raconte dans une interview pour RollingStone: «Human Behaviour est le point de vue d'un animal sur les humains. Et les animaux sont définitivement censés gagner à la fin. On pourrait se demander pourquoi l'ours est présenté comme un jouet? Je ne sais pas... Je suppose que j'ai simplement l'impression qu'il serait injuste de faire jouer un vrai animal dans une vidéo, car c'est ce à quoi je m'oppose. Alors j'ai dit à Gondry: Je veux que l'ours et les textures ressemblent à du bois, des feuilles et du sol faits à la main, et je veux que ça ressemble à de l'animation».

Le phénomène est lancé et la chanteuse Islandaise fait le tour du monde, en radio, en scène et c'est probablement là qu'elle excelle encore plus, à l'image de ce live, enregistré en 1994 sur le plateau du «Cercle de minuit».

La suite - même si «There's definitely, definitely, definitely no logic to Human Behaviour» , on la connaît avec l'incroyable carrière que Björk a su construire autour d'un univers qui n'appartient qu'à elle, comme elle démontrait encore l'an dernier avec son conceptuel dernier album «Fossora» dont nous vous parlions ici.

«Cornucopia» intégre des chansons de «Debut» à «Fossora».  - PR
«Cornucopia» intégre des chansons de «Debut» à «Fossora». - PR

Et aujourd'hui c'est avec son spectacle «Cornucopia» - que Björk qualifie de «son projet le plus cher, extravagant et théâtral», tourne dans le monde et qu'elle présentera le mardi 28 novembre au Hallenstadion de Zurich. Les infos et les billets sont sur le site de Ticketcorner.

Tu aimes cet article?